Mon espace
Identifiant : Mot de passe : Mot de passe oublié

eLearning français : un marché faible, mais en forte croissance

Share |

Le 30 septembre 2010, Féfaur, cabinet d’étude et de conseil en eLearning, présentait les résultats de son étude intitulée "L’offre professionnelle eLearning en France". Une étude qui fait état d’un marché du eLearning français en devenir.
Un marché modeste. Voilà comment l’on pourrait résumer l’état du marché du eLearning en France, au regard de la dernière étude (1) réalisée par le cabinet Féfaur sur la question. Concrètement, « le chiffre d’affaires total réalisé par les fournisseurs du panel Féfaur a été de l’ordre de 93 millions d’euros en 2009 », relèvent les auteurs, soit environ 80 % du marché professionnel eLearning français. Un marché qui - à plus ou moins 10 % - représenterait donc 115 millions d’euros (contre 100 millions en 2008 et 144 millions prévus en 2010). Une valeur qualifiée de modeste par les auteurs, au regard des 10 milliards d’euros que représente le marché de la formation professionnelle continue en France en 2007 (chiffres FFP). Un marché modeste, certes, mais en croissance de +15 % entre 2008 et 2009 et +25 % entre 2009 et 2010. En conséquences, le chiffre d’affaires moyen suit le même mouvement : modeste, mais en croissance. Ce qui s’explique notamment par un « marché encore insuffisamment structuré ».
Le succès du sur-mesure
En termes d’offre, les contenus sur mesure demeurent le principal segment du marché français (44 %), devant le contenu sur étagère (26 %) et les LMS (Learning management systems) et serious games (21 %). Un succès pour le sur-mesure qui s’explique en partie par l’orientation business des demandes de formation des entreprises. « La part des contenus sur étagère a augmenté ces dernières années, au détriment de celle des contenus sur mesure, grâce à l’offre de qualité proposée par plusieurs des membres du panel dans les domaines notamment de la bureautique, des langues ou du leadership », nuancent les auteurs de l’étude.
Par ailleurs, les ¾ des fournisseurs développent deux à quatre activités eLearning (2), pour une valeur moyenne des contrats stable, mais qui « varie dans une large mesure en fonction de l’activité concernée » (7 000 euros pour une classe virtuelle, 8 125 euros pour un outil utilisateur, 26 737 euros pour un contrat de contenu sur mesure, 34 205 euros pour des contenus sur étagère, 54 421 euros pour un contrat LMS et 82 857 euros pour un serious game).
L’étude note également que l’essentiel du chiffre d’affaires est réalisé auprès de grandes entreprises (83 % d’entreprises de plus de 5 000 salariés).
Des investissements encore conséquents
Un chiffre d’affaires encore minime, un accès encore limité aux seules grandes entreprises, voire aux grandes PME… Le jeune marché du eLearning français doit donc encore se structurer, comme le confirment les auteurs de l’enquête : « Une entreprise de 10 ans d’âge apparaît déjà comme un "vétéran". » Et d’ajouter que « les investissements nécessaires pour se lancer dans le eLearning restent importants ». Conséquence directe de la jeunesse du marché, « la très grande majorité des fournisseurs sont des sociétés non cotées, dont les dirigeants restent, seuls ou collégialement, les principaux actionnaires », révèle l’étude. Et les fournisseurs ou entités dédiés au eLearning sont « à effectif réduit ».
D’un point de vue géographique, 85 % des fournisseurs sont d’origine française, les autres sont majoritairement issus des Etats-Unis. Les entreprises clientes, de leur côté sont majoritairement franciliennes (61 %), mais également basées en Rhône-Alpes (18 %) et en Bretagne (17 %).
Brice Ancelin
Crédits photos : Fotolia.com
(1) Etude réalisée entre les mois de mai et de juillet 2010 par le cabinet Féfaur. Les fournisseurs consultés doivent représenter de l’ordre de 80 % en valeur de l’offre professionnelle eLearning en France.
Les informations ont été recueillies lors d’entretiens téléphoniques individuels auprès des principaux dirigeants des fournisseurs et croisées avec les informations préalablement constituées par le cabinet.
(2) Dans cette étude, les activités eLearning ont été découpées en 6 segments : réalisation de contenus eLearning sur mesure ; édition et distribution de contenus eLearning sur étagère ; plateformes LMS et services associés (intégration, customisation, développements spécifiques, formation) ; outils auteurs et services associés ; classes virtuelles et services associés ; réalisation ou édition de Serious Games.

RECHERCHER UNE FORMATION


Recherche guidée thématique

Recherche par thème :