Comment la formation lutte contre l’infobésité ? Par Stéphane Diebold

Share |

Le monde la formation est touché par l’infobésité… Trop d’information tue l’information… Trop de contenu tue la formation. Comment lutter contre cette maladie qui se traduit par une infoxication des contenus ? Qu’est-ce que la formation peut faire face à un tel phénomène ?

 

 

Selon Eric Sadin, on produit aujourd’hui dans le monde davantage en deux jours que l’humanité n’a produit en plus de deux millions d’années… Et le pire, c’est que la croissance de cette production est encore exponentielle, tout particulièrement avec l’internet des objets. Tout communique. Selon une enquête d’Atos, un manager passerait 25 % de son temps à rechercher de l’information. Et, pourtant, la majorité d’entre eux se trouve insuffisamment informée… Si l’on ajoute l’accroissement de l’obsolescence des informations, toute l’entreprise rentre en urgence. Il s’agit de courir pour ne pas être dépassé. Mais quelles conséquences cela peut-il avoir sur la formation en entreprise ?

 

La formation repose sur un savoir. Or, un savoir est une socialisation de l’information. L’infoxication c’est ne plus avoir la bonne information au bon moment. Un problème de production et de diffusion de savoir et de diffusion. C’est ce que la littérature appelle la médiologie de la formation, pensez un contenu et sa diffusion dans une nouvelle collaboration. Alors, comment former dans un monde d’infobésité ?

 

La première réponse est de faire une veille. Il s’agit d’observer les signaux faibles pour anticiper les contenus de demain afin de les transmettre aujourd’hui. Cette veille est traditionnellement le fait des sachants qui valident préalablement les contenus à diffuser. Aujourd’hui, le temps nécessaire et les volumes des contenus à valider son tels que le formateur fait lui-même sa veille. La validation appartient de plus en plus à l’animateur. On assiste à une déverticalisation de l’organisation formative, ou sous un angle différent à un enrichissement des tâches de l’animateur. Comment alors donner du crédit à une singularité, comment organiser le collectif à partir de ces singularités ?

 

Faire en sorte que les apprenants eux-mêmes produisent du contenu

C’est le travail de veille collective ou des réseaux apprenants. Au minimum les animateurs se regroupent au cœur d’un réseau de pairs pour partager une veille collective qui nourrira la formation. Mais, on pourrait aller plus loin, en proposant une entreprise apprenante , faire en sorte que les apprenants eux-mêmes produisent du contenu, et que la validation se fasse ex post. La formation réduirait ainsi le temps de latence traditionnel entre le savoir et sa  validation. C’est ce que l’on appelle la formation du partage ou les formations de pairs à pairs. La formation devient un fablab, un laboratoire de fabrication des savoirs portés directement par les apprenants. On inverse ainsi la pyramide des savoirs. Tout le travail d’organisation est d’apprendre à chacun à collaborer, apprendre à produire ensemble. Il existe une nouvelle pédagogie à mettre en place pour donner l’envie à l’apprenant d’apprendre, l’érotisation de la formation, et surtout apprendre à co-produire du savoir pour assurer une production en temps réel.

 

L’infoxication de la formation peut être soignée par une horizontalisation. Mais comment cette horizontalisation peut s’inscrire dans un projet collectif vertical ? C’est tout l’enjeu de redonner une dimension stratégique à la formation pour trans-former l’entreprise. L’infobésite est une question qui réinterroge la valeur ajoutée de la formation… ce n’est pas tant la question qui fait valeur que la réponse qui réinvente une certaine idée de la formation.

 

A propos de l'auteur

Stéphane Diebold a mis son expérience au service de l’innovation pédagogique et de la performance en entreprise, au sein de TEMNA dont il est le fondateur depuis 2003. Associatif, il a assumé des responsabilités dans une dizaine d’association, essentiellement formatives, et est aujourd’hui président fondateur de l'AFFEN (Association française pour la Formation en entreprise et les Usages numériques).  

à lire également

Dans la même rubrique

RECHERCHER UNE FORMATION


Recherche guidée thématique

Recherche par thème :