Portait robot du formateur 4.0

Share |
Romain Rissoan, auteur de « La formation professionnelle, nouveaux outils et nouvelles pédagogie » (Editions ENI) et formateur Orsys, nous projette dans le futur des formateurs experts.

Le formateur 4.0 est bien entendu présent sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, Google+ mais il sera surtout actif sur des réseaux spécialisés dans son activité comme le SYCFI, Optédif formation…

 

Sa formation initiale n’est pas nécessairement de type Bac +5 mais c’est bien souvent le cas car ce long cursus d’études lui a apporté une capacité d’abstraction et de projection qui sont de formidables atouts. Les normes lui ont imposé de compléter son cursus de formation initiale par une formation de formateur certifiante, lui donnant le droit d’exercer en tant que tel dans le respect d’une déontologie et d’une pédagogie reconnue.

 

Le formateur 4.0 est tout autant ingénieur pédagogique que formateur. Il sait prescrire, pour un besoin donné, l’ensemble des outils et solutions permettant d’atteindre l’objectif formulé par l’apprenant. La création d’un parcours pédagogique représente la principale attente qu’ont ses clients à l’issue du premier contact. Dans ce contexte, l’ingénierie pédagogique devient précieuse, valorisée et donc parfois vendue au travers des OPCA qui, de par les restrictions budgétaires et la délégation des budgets ont trouvé refuge dans ce nouveau métier : prescripteur de formation.

 

Le formateur 4.0 a besoin d’un bagage d’outils conceptuels, techniques et physiques lui permettant d’exercer son activité : il dispose d’abonnements sur des plateformes e-learning, d’une banque de liens vers des MOOC et des modules Serious Game - dont il peut être le créateur - et qui enrichissent son catalogue. Il est équipé de lunettes à réalité augmentée, d’une montre connectée et d’autres outils spécifiques à son expertise.

 

Il projette son contenu vidéo sur le mur de ses clients uniquement en cas de problème ou lorsque les stagiaires ont oublié leurs lunettes à réalité augmentée (mais le formateur a en toujours quelques-unes en stock au cas où !). Ses diapositives sont en 3D et il n’a pas besoin de souris pour en changer : il les fait défiler d’un simple mouvement du doigt. Mais le plus souvent, ses formations se font à distance, à l’aide d’un hologramme projeté chez ses interlocuteurs, ce qui rend l’approche plus humaine malgré l’éloignement. Un retour vidéo Webcam lui permet de voir les mouvements et émotions de chacun, il sait s’interrompre et donner facilement la parole à quelqu’un.

 

Il n’est pas nécessairement tourné vers les technologies mais il a appris à travailler avec. Quel que soit son cursus initial, sa vraie valeur ajoutée est d’être capable de trouver le bon média avec la bonne méthode pour trouver la réponse adéquate. Son véritable rôle n’est pas de donner la réponse à une question qui lui est posée mais d’inciter le demandeur à réfléchir, à se poser la bonne question et de l’aider à trouver une réponse. Le formateur ne passe pas tout son du temps à expliquer des choses, il amène l’apprenant à se transformer intellectuellement et physiquement pour qu’il soit plus productif. Il endosse une partie de la responsabilité de la productivité de l’apprenant. Pire encore, lorsqu’il accepte une mission de formation, il assume d’être rémunéré en partie au prorata du gain en productivité précisément mesuré avant la formation et après celle-ci !

 

Le formateur 4.0 est référencé dans la base Réseau Formateurs qui précise ses tarifs, ses disponibilités, ses compétences et les évaluations de ses clients directs et organismes de formation pour lesquels il intervient. Le formateur du futur est toujours et surtout un grand professionnel.







[Publirédactionnel]

RECHERCHER UNE FORMATION