« Pour les entreprises, l’achat de formation n’est plus une obligation, mais un investissement »

Share |

Quels types de formation les entreprises ont-elles acheté en 2015 ? Telle est la question qu’a posé Centre Inffo aux services formation et Ressources humaines de différents interlocuteurs pour constituer son enquête annuelle sur les achats de formation, rendue publique fin 2015. Explications de Maryline Gesbert, responsable du département Observatoire de Centre Inffo en charge de la programmation de l’Université d’hiver de la formation professionnelle 2016.

 

Pour beaucoup, l’année 2015 restera comme une année difficile et de transition… Votre enquête a-t-elle confirmé cette impression ?

Notre enquête, menée en majorité auprès des grandes entreprises, révèle une vraie stabilité en matière de budgets. Les organismes de formation ayant tout de même constaté une importante diminution de leurs chiffres d’affaires, il faut en conclure que la diminution des achats de prestations a davantage concerné les PME/TPE.

96% des répondants considèrent désormais la formation de leurs salariés non plus comme une charge financière mais comme un investissement, ou la récompense que l’on accordera à un salarié performant. Et ce discours va aller en progressant à mesure que les pratiques induites par la réforme vont s’implanter. Les entreprises ayant désormais obligation de former mais également libre usage de leur budget, elles vont veiller à ce que les stages de leurs salariés soient réellement efficaces. Ce d’autant plus qu’elles auront des comptes à rendre par la suite via les entretiens récapitulatifs, obligatoires tous les six ans.

Autre tendance démontrée par cette étude, le désir d’optimiser financièrement la formation de chaque salarié. Les entreprises ayant versé 1% de leur masse salariale veulent rentabiliser cet investissement en orientant ensuite leurs collaborateurs vers des dispositifs CPF, CIF et autres fonds de professionnalisation pour lesquels le 1% est justement prévu. Il s’agit par conséquent d’aller chercher des parcours certifiants/diplômants. Pour que les sommes consacrées à la formation aient une vraie utilité. De fait, 67% des entreprises que nous avons interrogées ont déjà modifié leur politique globale de formation.

 

L’un des principaux handicaps de la réforme a été le manque d’information… Votre enquête a-t-elle confirmé ce discours ?

L’étude a en effet montré que les entreprises attendent beaucoup des Opca et des organismes de formation pour en savoir plus sur la réforme. Quels sont les parcours éligibles ? Comment bénéficier d’un accompagnement véritablement global en matière d’ingénierie de formation ? La complexité du CPF a ainsi dissuadé beaucoup d’entreprises à trop le promouvoir, les faisant douter de leurs capacités à accompagner d’éventuelles demandes, notamment en termes de budget.

Aujourd’hui, les organismes de formation ont donc un vrai champ d’opportunités en termes de conseil auprès d’entreprises qui cherchent à aborder la réforme du mieux possible et à anticiper d’éventuelles obligations sociales.

 

Cette enquête permet-elle d’en savoir plus sur ce que sera la formation en 2016 ?

Le nombre de CPF mobilisés devrait augmenter de manière importante et suivre en cela la tendance constatée fin 2015. Les entreprises vont par ailleurs davantage investir dans les formations certifiantes, parfois modularisées selon leur longueur.

2016 sera par ailleurs la grande année des entretiens professionnels et le début du compte à rebours vers l’état des lieux récapitulatifs. Place donc à des programmes efficaces et contextualisés, des formations sur-mesure voire de véritables écoles internes capables de proposer des formations véritablement adaptées au poste des apprenants.

Pour en savoir plus sur Centre Inffo

à lire également

Dans la même rubrique

RECHERCHER UNE FORMATION


Recherche guidée thématique

Recherche par thème :