Formations au management : les publics changent mais les fondamentaux restent

Share |

Les formations au management ont-elles changé ces dernières années ? A cette question, les divers acteurs professionnels évoquent à chaque fois le maintien des grands fondamentaux, mais une évolution en termes de publics et donc d’attentes. Les besoins des entreprises évoluent au fil des années, mais les grands principes demeurent.

« On devient manager beaucoup plus tôt que par le passé. Les attentes des jeunes managers en termes de formation ne sont donc plus les mêmes que celles d’un public d’experts techniques autre fois confrontés à la dimension managériale en deuxième partie de carrière. » Un changement de public et un remodelage des parcours, telle est aujourd’hui la tendance dans la formation au management selon Annette Chazoule, responsable de l’offre dédiée chez Cegos. « Jusqu’il y a 5 ou 10 ans, nous étions confrontés à des experts qui passaient petit à petit en situation de management, tout en gardant largement leur première mission technique. Aujourd’hui, la dimension managériale va prendre presque toute la place. Parce que la réussite du manager passe par sa capacité à organiser son travail et celui de ses équipes et à gérer les compétences des uns et des autres. »

Plus jeune qu’auparavant, le manager ne pourra pas asseoir sa crédibilité professionnelle sur une carrière passée. D’où l’importance de disposer au plus tôt des bonnes compétences. Aujourd'hui, les organisations attendent une relation dans laquelle s’installera un climat de confiance, avec un cap clairement défini, un quotidien avec du sens. « Il faut un manager coach, complète Annette Chazoule, un facilitateur capable de repérer le potentiel de ses collaborateurs et d'accompagner leur évolution tout comme celle de l'entreprise. »

 

Les formations se sont donc adaptées à ces nouvelles conditions. Avec toujours la volonté de délivrer les grands fondamentaux du management mais aussi plus d’apprentissages en matière de communication, de management d'équipes ou encore de gestion de conflits.  

 

Cursus longs : un parcours. Cursus court: une cible

Dans ce contexte continuent de coexister deux grands modèles de formation. A savoir des programmes courts par principe relativement concentrés sur quelques cibles précises et des parcours beaucoup plus longs, de quelques semaines voire de toute une année, souvent beaucoup plus généralistes.

Ecole de management réputée, l'EM Lyon, propose ces diverses possibilités et notamment un Executive MBA, mais aussi l’Advanced management programme-AMP et le Programme général de management-PGM. Selon Pascale Berthier, directrice du MBA « Chacun de ces cursus va s’adresser à des cibles différentes, même si la base commune reste la même : le savoir faire business et le développement de la posture. Le PGM, d’une durée de 45 jours, s’adresse au primo-manager ou au manager opérationnel souhaitant renforcer ses compétences en matière d’animation/mobilisation d’équipe et dans le pilotage de performance de l’unité ou du projet. L’AMP –12 mois– se tourne vers des candidats soucieux de définir une stratégie pour leur entreprise. Il accueille beaucoup de présidents ou de directeurs général de PME et d’ETI, voire de responsables de filiales. » Quant à l’EMBA, il veut apprendre au responsable à s’approprier une stratégie corporate pour la traduire en stratégie business au niveau de sa filiale ou de sa business unit. Bien plus long que les précédents cursus –21 mois au total–, il se destine à des managers seniors venant de rejoindre ou se préparant à rejoindre le comité directeur d'une grande entreprise.

L’EMBA –très souvent dispensé en anglais–, tout en accordant une large part à l’apprentissage terrain, sera par ailleurs beaucoup plus conceptuel et théorique que l’AMP, ou l’apprentissage par le « faire » est déterminant. « En rejoignant ces parcours relativement longs, complète Pascale Berthier, les participants veulent prendre de la distance par rapport à l’opérationnel et au quotidien. Il s’agit de se donner un moment de récupération dans un environnement de partage et de progression. »

 

Au cœur des programmes courts, les approches se veulent évidemment plus directes, plus concrètes, chacune concentrée sur une des nombreuses dimensions de la vie de manager. « Créer et piloter un réseau collaboratif », « Le leadership du management transversal », « Manager la génération Y », « Devenir manager de manager », autant de modules de quelques jours proposés par Cegos mais aussi –sous d’autres appellations– par divers spécialistes de la formation continue. Bien entendu figurent également au catalogue des parcours plus longs, comme Manager expérimenté ou encore Manager transversal, organisés sur plus d’une semaine. Ne pas oublier des parcours à distance de quelques heures.

« A l’EM Lyon, les programmes courts sont de plusieurs natures, reprend Chantal Poty, directrice pédagogique du programme AMP. Ils concernent l’enseignement des fondamentaux, mais aussi des modules centrés sur les enjeux de transformation des entreprises. Je pense par exemple à l'innovation, le leadership, l'intelligence collective et le marketing digital. » Ajoutés les uns aux autres, ces modules courts peuvent même aboutir à un parcours certifiant, première étape vers un diplôme.

à lire également

Dans la même rubrique

RECHERCHER UNE FORMATION


Recherche guidée thématique

Recherche par thème :