Réforme : les entreprises toujours dans le flou

Share |

« Réforme de la formation, 1 an après, où en sont les entreprises ? » Tel était le sujet d’un petit-déjeuner d’actualité organisé par Comundi Compétences le 5 avril à la Maison des Centraliens. L’occasion de revenir notamment sur la dichotomie flagrante entre grandes entreprises, plutôt au fait des nouvelles pratiques, et PME/TPE, encore insuffisamment préparées.

A ceux qui en doutaient encore, les échanges organisés par Comundi Compétences l’ont une nouvelle fois démontré, il y a aujourd’hui un écart flagrant en matière d’appropriation de la réforme entre des grandes entreprises bien organisées et qui ont déjà tiré profit de ce qu’il y avait à gagner de la réforme et les petites structures égarées entre subtilités de financement et jargons certificatifs.

 

48% des entreprises estiment ne pas maîtriser les nouveaux dispositifs de financement

« Il reste beaucoup d’incompréhension sur la manière dont les évolutions sont mises en œuvre, rappelle Claire Pascal, directrice générale de Comundi Compétences. Sous plusieurs aspects, le CPF ne profite pas aux entreprises. Ainsi une très grande partie des financements va-t-elle avant tout aux demandeurs d’emploi. La mise en œuvre du Compte personnel de formation semble également très complexes. Il faut avoir les moyens de profiter du nouvel environnement issu de la réforme. Celles qui n’en disposent pas restent au bord de la route. »

 

Selon le baromètre entreprise publié par l’institut de formation, 74% des sociétés interrogées estiment que la réforme paraît toujours complexe à mettre en place. 48% estiment par ailleurs ne pas maîtriser les nouveaux dispositifs de financement. Difficulté dans l’identification des formations éligibles, dans les modes de financement ou encore dans la gestion des entretiens professionnels, les questions en suspens ne manquent pas. « La question des entretiens est assez caractéristiques, reprend Claire Pascal. Nous observons en effet autant de réponses qu’il existe d’entreprises. Certaines ont en effet expliqué ne les avoir mis en place que pour certains salariés, d’autres ont préféré les coupler aux entretiens d’évaluation, d’autres s’estiment encore loin de tout ça parce qu’elles n’ont pas eu le temps de former les managers. »

 

« Il faudrait ouvrir le CPF à des formations plus courtes et opérationnelles »

Sur quels points porter les efforts en 2016 ? Les pistes sont nombreuses… Mieux dialoguer avec les Opca pour obtenir aide financière et conseils, mobiliser plus efficacement le CPF. « Il faut aussi mieux faire remonter la formation vers les comités directeurs pour quelle se mixe plus intelligemment avec la Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences. » Il faudra enfin bien faire monter les informations issues des entretiens professionnels pour les mettre en lien avec les plans de formation. « Autre nécessité, reprend Claire Pascal, il faudrait ouvrir le CPF à des formations plus courtes et plus opérationnelles, et permettre à ce dispositif d’avoir une existence autonome permettant d’entamer des formations sans devoir toujours passer par des financements complémentaires. »

à lire également

Dans la même rubrique

RECHERCHER UNE FORMATION


Recherche guidée thématique

Recherche par thème :